Translate

mercredi 10 février 2016

Trail des Callunes 2016

Ah nous y voilà ! Le premier trail de la saison ... un mélange de stress et d'impatience aussi. 24km - 650m D+ - en nocturne - de la boue bien grasse - objectif 3h30 - ma sœur - mon frère - un ami de mon frère - et moi (oui quand même ^^).

Il est 16h45 quand nous arrivons sur les lieux de la course, à Ban-de-Sapt pour être exact. Nous retirons nos dossards, et notre cadeau, un joli buff que je mettrai autour de mon cou lors de la course. On découvre seulement le jour J le parcours et me voilà rassurée. J'avais un peu peur de voir défiler des montagnes russes. On se prépare et direction la ligne.

17h45, l'heure du départ a sonné. Je pars tranquillement sur le 1er kilomètre. Quelques accompagnateurs et bénévoles nous encouragent une dernière fois avant de nous voir pénétrer dans la forêt. 

Le deuxième, le troisième kilomètre, ça grimpe. Puis arrive le 4ième, un faux plat montant. Je vois une flèche m'indiquant d'aller à gauche et voit une petite dizaine de coureurs continuer tout droit. J'essaie de les interpeller en vain. Je les suis (là est mon erreur, je sais merci) mais je décide tout de même de ralentir le pas afin d'attendre la personne derrière moi. Elle doute aussi, essaie de siffler les personnes devant mais aucune réaction de leur part. Elle décide donc d'accélerer sa foulée et d'aller à leur rencontre. Ils disent connaître le chemin. Puis en fait non. Demi-tour.

Et là, je me dis intérieurement (c'est possible que vous aussi en me lisant), bordel mais qu'est ce que t'es con, tu peux pas suivre les indications au lieu des gens ?! Oui bon, maintenant que c'est fait, ça va hein !

Bonnement deux kilomètres en plus, me revoilà sur le parcours officiel. Pas loin de trois kilomètres de descente, merci mon Dieu ! De quoi me remettre les idées en place et de me faire croire que je peux rattraper le temps perdu (bah voyons !). Je passe même le 11ième kilomètre en 5'54", ça m'arrive rarement de passer sous les 6' en trail. Cooool.

A partir du 13ième kilomètre, ça regrimpe doucement. J'alterne marche/course. Je pense apercevoir ma sœur devant moi. Bingo, c'est bien elle. Surprise de m'apercevoir derrière, elle ne me reconnait pas immédiatement. On parle quelques minutes puis je repars. 

J'ai faim ! Le ravito est annoncé au kilomètre 14, mais du fait de ma bifurcation, il sera certainement plus aux alentours du 16ième. Je me tâte à manger ma banane et puis non, j'ai envie de voir ce qu'on me propose et s'il y a du chocolat :)

Chevilles sensible, s'abstenir. Que ça glisse ! Je sens mon pied s'enlever de ma chaussure par moment tellement la boue est grasse mais je me plains pas, je préfère ça à de la neige qui aurait pu être présente à cette période de l'année.

Bon finalement le ravito ne se trouvera qu'au 18ième kilomètre, après une montée qui vient de me scier les pattes --" J'aperçois du pain d'épice (je n'aime pas en temps normal mais c'est le deuxième trail où j'en mange, va savoir pourquoi), quelques carrés de chocolats et là, que vois-je ? Des muffins aux amandes <3 J'en mange une fois, deux fois, trois fois, en prend un quatrième pour la route avec en plus trois carrés de chocolats que je prends avec moi. 

Je repars en courant et m'aperçois avoir un petit peu abusé sur les bonnes choses. Je commence à avoir un mal de ventre mais cela ne m'empêche pas de terminer mon quatrième muffin en courant. Le plus surprenant c'est que le kilomètre 19 sera le plus rapide de cette course. Je m'en serais même pas aperçu si mon appli n'était pas là pour me le dire. 

Allez Elo, encore six bons kilomètres et c'est finit. Je vais passer ces derniers seule dans une forêt, en pleine nuit (bon d'accord il est 20h30 passé), que je ne connais pas. En m'imaginant que ferais-je si un sanglier viendrait à débarquer sur mon sentier. - Si j'en vois un, j'éteins ma frontale. - Ou pas, car lui me verrait encore et moi pas. Mmmh, mes idées ne sont plus vraiment claires, passons.

J'arrive au 24ième kilomètre, celui qui aurait dû m'amener sur la ligne d'arrivée mais non. 3h27m46s - Oh p***** j'aurais pu réussir mon objectif ! Bon tant pis, ça te fais une bonne séance longue cette course.

Nouvel objectif, 3h45 pour les derniers kilomètres restant. Y-a-t-il du faux plat montant partout ou c'est moi qui n'avance à rien ? Je vois enfin la route, puis des lumières qui m'indiquent être proche de la civilisation. Les signaleurs me font passer dans un champ, où ça grimpe bien entendu. Ma sœur m'écrit un message du genre "t'es où ?" qui veut certainement dire "t'es pas morte ?" (pour la petite info, elle faisait le 17km, donc oui je l'ai doublé mais oui elle est quand même arrivée avant moi). 

J'arrive, j'arrive, j'arrive ! Enfin ! Ligne d'arrivée franchit en 3h49m55s. Et ben ! Je retrouve ma sœur, mon frère, Kevin, qui m'attendent sagement.

Un petit peu déçue de m'être perdue mais finalement je relativise en me disant que ça m'aura fait une belle sortie. Et puis, ça m'apprendra à ne pas me faire confiance et suivre bêtement les autres coureurs ... Quant à l'organisation, je suis satisfaite dans l'ensemble et les nanas du ravito étaient excellentes, ça m'a redonné la pêche en repartant.

Le lien : http://traildescallunes.canalblog.com/

5 commentaires:

  1. bravo Elodie ! et merci pour le récit, j'adore !

    RépondreSupprimer
  2. Eh ben alors Elodie, qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu préfères suivre les coureurs que le balisage. On ne va pas te laisser faire l'ouverture de tracé de LINFERNAl :-) alors.
    Allez on va mettre ça sur le compte de la reprise post fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, vaut mieux me mettre au poste de serre-file, ça sera plus prudent, lol.

      Supprimer